L’esprit du Chemin de Compostelle

Le mois dernier, j’ai pris quelques jours pour aller arpenter le chemin de Saint-Jacques de Compostelle. De Saint-Jean-Pied de Port à Pampelune. 75 kilomètres à pied sur 3 jours. Je ne suis pas croyante. Et pourtant je suis devenu l’espace de ces quelques jours, et pour toujours je pense, un pélerin. Je n’y allait pas pour l’immensité des paysages, ni pour la beauté des montagnes, ni pour le dépassement de soi, c’était simplement une quête  spirituelle. Entrer dans l’esprit du chemin. Marcher, boire, manger, parler, dormir. Recommencer. Vivre la simplicité volontaire au quotidien, ne serait-ce que l’espace de quelques jours.

img_9781Un de ces quatre, je vous parlerai de mon voyage en Australie au printemps dernier qui a filé un sacré coup à mon compteur carbone, mais c’est une histoire. Le Chemin est une expérience à vivre à pied. Je suis sérieusement contre les dogmes mais j’aime les traditions, ou du moins leur esprit. Voilà quelques enseignements que j’ai tiré de cette expérience que j’avais envie de partager avec vous :

  1. Les matins appartiennent à ceux qui se lèvent tôt

Se lever aux aurores ne fait pas parti de mon quotidien.  A l’heure où j’écris ces lignes la ville dort – si ce n’est dans le quartier de la Place Clichy où les boulangeries semblent ouvrir 24h sur 24 ? J’écris mieux la nuit, et mon cerveau ne me sert pas à grand chose avant 11h30. Pourtant quand je voyage…

img_9887

… au contraire, je me lève aux aurores. Voilà c’est dit : je suis une meilleure personne quand je voyage – c’est d’ailleurs pour ça que je voyage. J’arrive à trouver mon chemin dans des lieux inconnus sans difficulté même après une nuit passée  en autocar ou en dortoir.  Le matin la nature est nimbée de rosée, les villes montrent un visage si calme.  Et ça c’est un petit miracle. C’est peut-être ce dont parle l’auteur de Miracle Morning, ce livre tout le le monde me parle et que je me refuse encore à lire, de peur de perturber mon noctambulisme.

2. Le soleil finira bien par se lever

img_9790

Durant la marche il n’y a pas d’autre solution que de trouver son chemin et d’arriver à destination. En France les secours viennent vous chercher gratuitement mais en Espagne c’est payant, nous répète-t-on à l’envi au départ. Ainsi l’optimisme est-il de mise : on finira bien par arriver ! Même quand la destination est à 28 kilomètres, surtout quand la destination est à 28 kilomètres.

3. Marcher dans la lumière

S’entourer de personnes bienveillantes et entourer ses compagnons de bienveillance, c’est une question de survie. Se regarder soi-même avec bienveillance aussi.

Affordable yoga retreat - The Way (c) Katie Ribas.jpg
Notre groupe de yogi pélerins crédit photo K.Ribas / Affordable Yoga

Nous étions un groupe de 10 personnes participant à une retraite organisée par mon école de yoga. J’aurais difficilement pu imaginer un groupe plus sur la même longueur d’ondes : à de nombreux moments physiquement intenses où j’avais franchement l’impression de ralentir le groupe, ils ont été là pour moi. Je n’avais jamais autant marché de ma vie ! Gillian notre professeure de yoga nous distribuait chaque matin des Pensées pour inspirer notre marche, l’une d’elle disait : Votre voix intérieure est votre conversation avec l’Univers. Ruminer, ressasser les souvenirs n’aide pas à avancer.

4. Voyager léger … pour ne voyager motorisé

img_9929

Je me suis rendu au Pays Basque en train, bien décidée à voyager sans voiture. Beaucoup avaient commencé au Puy-En-Velay, j’ai aussi rencontré un pèlerin venu de Calais à pied. N’ayant pas réussi à trouver de sac à dos  de la bonne taille d’occasion / à la location/ en emprunt, j’ai utilisé mon vieux 22L. Le sac rempli pesait 1/10ème de mon poids comme recommandé,  pourtant mon sac de couchage et mon change de vêtments me pesaient et j’ai eu mal au dos. Je suis une petite nature. Pour m’éviter des séances chez l’osthéopathe au retour j’ai  dû faire appel à la « malle postale » pour porter une partie de mes affaires, mais comme la malle postale n’est pas tractée par un âne mais par une voiture, ça oblitérait totalement le côté zéro carbone de ma démarche. Gros fail. Note pour la prochaine fois : investir dans un sac à dos de rando et l’étrenner avant le départ, certains dans le groupe avaient le leur depuis 15 ans. Ou bien dans un âne, c’est sympa un âne.

4. S’élever en plein air

En hiver, je deviens une femme d’intérieur. Ce qui est dommage parce que mes gênes sont africains et ma peau requiert tout plein de soleil. Les déprimes de février sont souvent liées à des carences en vitamines D procurées par le soleil.  Et autant je n’arrive à pas à voir de spiritualité dans une salle de yoga bondée -et ce n’est généralement pas ce que je recherche –  autant c’est plus facile en plein air.

yoga-on-the-way-affordable-yoga-retreat-c-katie-ribas
Yoga sur le Chemin crédit photo K. Ribas /  Affordable Yoga

Même si on ne part pas aux sports d’hiver, c’est important de se ménager du temps en plein air quand il fait frais.Histoire de se comporter comme un animal en liberté.

5. Manger ce que l’on cueille

La cueillette, c’est l’une des choses que je préfère dans la vie, je ne m’attendais pas à cueillir grand chose au mois de novembre mais en Espagne on trouvait encore des figues sur la branche. J’ai aussi appris à reconnaître et cueillir  le cynorrhodon sur les églantiers. J’adore son petit goût acidulé et c’est de ses graines que l’on tire l’huile riche en bêta-carotène reconnue pour ses vertues de régénération tissulaire :  l’huile de rose musquée.

6.  Laisser le Chemin en meilleur état qu’on l’a trouvé

Les chemins de Compostelle sont fréquentés par des bergers,  moutons, vaches, et chevaux et les pèlerins, la voierie n’y passe pas fréquemment. Bref, il n’y a nulle part où jeter des emballages soit-disant jetables alors autant ne pas en emmener !

img_0145Se munir de plusieurs gourdes et de repas légers mais nourrissants est primordial. Je suis partie avec mes deux thermos, chaque matin je remplissais  l’un d’eau bouillante et l’autre de thé. Pour garder le niveau côté énergie, j’ai acheté des fruits secs achetés en vrac chez Les Récoltes du Monde, leurs cerises noires sont devenu ma madeleine de Proust.

IMG_9693.JPG

Pour les repas, j’ai acheté une cantine en acier inoxydable dans mon Altermundi. J’adore la tradition des bars à tapas dans les villages espagnoles on trouve des petits plats comme à la maison partout.

img_9896

Il faut savoir que voyager sans créer de déchets est relativement faisable au Pays Basque on trouve de merveilleuses boutiques bio et en vrac, à Saint Jean-Pied de Port une bénévole faisait le petit déjeuner et veillait à éviter tout gâchis, mais à l’auberge municipale : pas de tri. Côté espagnol, le petit déjeuner pouvait venir avec un cortège d’emballages plastiques, mais côté tri sélectif, c’est la classe à Dallas, même l’huile est collectée :

img_9976
le tri sélectif à Pampelune

7. Les auberges, de la bonté de la vie en communauté

img_9975

Le passeport de pélerin ouvre la porte des auberges espagnoles, qui sont souvent situées dans des lieux d’une beauté inouïe. Je suis plutôt difficile côté sommeil, je porte des boules Quiès, je suis sensible aux punaises de lit, mais j’adore les auberges. On y rencontre des voyageurs des 5 continents, des troubadours qui voyagent sans argent, des couples qui viennent de se former, des familles.

8. S’inspirer des traditions de nos voisins IMG_0147.jpg

J’avais envie de ramener des souvenirs mais mes pochons étaient déjà pris j’ai donc acheté des haricots et du riz en sachets de tissu que je réutiliserai à la maison.

Voilà mes souvenirs du Camino, et vous quels sont vos conseils pour voyager plus simplement ?

Save

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s