thinx-one_3479725b

Les alternatives aux tampons et serviettes hygiéniques jetables au banc d’essai

Je sors rarement sans ma gourde ou mes couverts, dans la vie, j’aime prévoir l’imprévu. Pourtant pendant de longues années, j’étais toujours surprise, une fois par mois.

Il y a encore aujourd’hui un silence assourdissant autour des règles. Ce tabou est savamment exploité par nos amis Procter & Gamble & co. Pour ma part, à ma sortie de l’enfance, je ne me suis pas vraiment renseignée sur le sujet, ni au CDI du collège, ni auprès de mes copines. À l’époque, j’ai vu une pub pour des protections hygiéniques jetables d’une marque P&G à la télé, j’ai demandé à ce qu’on m’en achète un gros paquet au supermarché, régulièrement. Et à ce qu’on ne m’en parle plus. Jamais.

histoire de la pudeur (crédit éa marzarte)

Ce n’est que des années plus tard que je me suis rendu compte que les proctections jetables pesaient lourd, dans mon budget, sur mon empreinte écologique, et que leur composition chimique était tout bonnement toxique et néfaste pour la santé des femmes. Une étude de l’INC Que Choisir parue dans le dernier numéro de 60 Millions de consommateurs révèle la présence de résidus toxiques dans les tampons et serviettes hygiéniques. Le silence des pouvoirs publiques sur la toxicité des composés que l’on trouve dans les protections hygiéniques jetables n’a rien de sain. D’autant que depuis le 1er janvier, la TVA a été abaissée sur TOUS les produits d’hygiène féminine sans distinction.

Fleurcup_et_tampons-1024x770
(c) Fleurcup
Et là qu’une chose soit claire: chacune d’entre nous est libre de choisir sa manière de gérer sa vie intime. Personne n’impose rien à personne. Les produits jetables sont conçus pour la consommation de masse, les protections hygiéniques jetables sont de moins bonne qualité que leurs équivalents réutilisables.

Suivant cette logique:

  • Une culotte périodique lavable ne contiendra pas de résidus de Round-up, contrairement  à des protège-slips jetables qui se disent « bio » (il y a toujours eu anguille sous roche avec ce produit: jeter du coton bio est un non-sens)
  • Une serviette hygiénique en coton bio  lavable  ne contiendra ni herbicide, ni insecticide, contrairement aux  serviettes hygiéniques jetables
  •  Une coupe menstruelle ne contiendra ni dioxine, ni dérivé de chlore, de brome, ou d’iode contrairement aux tampons.

Alors on peut demander à  la World Company de bien vouloir améliorer  ses produits. Ou on peut changer de crèmerie.

  1. La serviette hygiénique lavable (SHL)

On la porte. On la rince. Puis on la mets en machine. La serviette réutilisable est à la fois comfortable, économique et simple.

serviettes_hygienique_lavable_1.jpg

J’ai déniché ces serviettes de la marque Anaé (16 Euros) dans un magasin bio… en Belgique. Je trouve assez incroyable de ne pas avoir  eu accès à ces produits en boutique dans l’hexagone. Celles-là étaient vendues par deux, quand un lot de 3 serait infiniment plus pratique, mais à part ça elles sont comfortables et faciles d’entretien. Pour les rincer en toute discrétion on peut détourner un récipient et en faire un padpot.

Quand on ne trouve pas de serviettes hygiéniques lavables dans le commerce local on peut aussi s’en procurer en ligne auprès d’entrepreneuses engagées, en attendant qu’elles soient distribuées plus largement.

Et puis bien sûr on peut les faire soi-même, en suivant ce tutoriel sur  Better than Butter.

De part le monde, des entreprises sociales et solidaires et des ONG développent des ateliers de  couture de serviettes hygiéniques lavables : Ecolibree en Tunisie, Afripads en Ouganda, GOONJ en Inde. Pourquoi ? Pour permettre aux écolières de poursuivre leur scolarité  pendant leur règles, par exemple. Sur le continent africain, 1 écolière sur 10 rate l’école quand elle a ses règles selon l’UNICEF, quand elle n’arrête pas l’école tout simplement, par manque d’accès à des protections hygiéniques.

La serviette hygiénique lavable est la protection hygiénique la plus abordable et la plus durable qui soit. Toutes les femmes devraient y avoir droit. Partout.

2. La coupe menstruelle

Une « cup » c’est pratique, surtout en voyage. Problème : on n’appréhende pas toutes l’objet de la même manière. Pour ma part, j’ai rencontré un certain inconfort  avec la première. Et comme la coupe menstruelle, ça  représente un petit investissement (entre 15 et 30 Euros), et qu’on ne peut pas essayer avant d’acheter… Quand ça ne va pas, il est difficile de savoir si ce sont les cups en général qui ne nous conviennent pas, ou bien si c’est une histoire de marque, ou encore de taille. Quand on avoue son échec, on peut parfois s’entendre dire qu’on s’y prend mal (!!!)

Quand j’ai choisi de donner sa chance à une autre cup, cette fois-ci plutôt que ma coop bio, je suis allé dans un magasin spécialisé dans les produits féminins écologiques. Chez Lamazuna la vendeuse a su répondre à toutes mes questions. Cette cup m’a coûté 30 Euros et devrait me durer 10 ans. La seconde fois fut la bonne ! Elle est souple et facile d’entretien et  absolument confortable et je l’adore. Vamos a la playa. 

En bref, dorénavant, en matière d’hygiène intime je me tiens informée. Les conseils et le bouche à oreille sont importants à mes yeux et je me suis promis de ne plus laisser la publicité me dicter mes choix. Jamais.

… Jusqu’au jour où je suis tombée sur cette affiche.

3. La culotte périodique

thinx-one_3479725b

Thinx est une jeune entreprise new-yorkaise qui crée des « sous-vêtements pour les femmes qui ont leurs règles. » Les Thinx sont des culottes techniques conçues pour éviter les fuites et autres mauvaises surprises pendant les règles. Des culottes  constituées de quatre couches :

  1. un tissu qui apporte la sensation d’être au sec
  2. un tissu anti-microbien à base d’argent
  3. un tissu absorbant
  4. un tissu anti-fuite.

Dans mon adolesence, j’avais déjà vu des culottes périodiques bien de chez nous en catalogue de vente par correspondance. Le descriptif les associait aux mots « fuites urinaires » et « incontinence », ce qui n’est pas très rassembleur en terme de marketing. Le message publicitaire de Thinx est juste mon genre de  féminisme: bourré d’humour. Initialement cette campagne publicitaire s’est heurté à un mur et n’a pas reçu l’aval de la société gérant l’affichage dans le métro new-yorkais. Ces affiches étaient considérées « inappropriées » ou « montrant trop de peau ».

thinx-2

En lisant ça, mon sang n’a fait qu’un tour !  Moi qui n’achète que rarement en ligne, j’ai fait chauffé le Paypal.

IMG_3303

Depuis 5 mois donc, j’ai mon kit de cycle Thinx (3 culottes : 93 Euros, gling gling gling). C’est de la belle lingerie, ce qui me tient à coeur puisque je m’ingénie à composer une garde-robe minimaliste. La technicité est bien là, le confort aussi. Sauf pour ce qui est des modèles échancrés comme le cheeky, qui en plus d’être inconfortable est plutôt contre-productif à mon humble avis. Il parait que certaines ne portent plus que des Thinx pendant leurs règles… Alors, certes, on est toutes différentes. J’ai discuté avec des femmes qui y vont au flux naturel, et la culotte périodique peut offrir une bonne assurance. Pour les autres, d’expérience, ça peut fonctionner en solo… le dernier jour. Le reste du temps, les Thinx se combinent avec une serviette ou une cup. Et hop, c’est réglé.

 

 

 

 

 

 

 

 

15 réflexions sur “ Les alternatives aux tampons et serviettes hygiéniques jetables au banc d’essai ”

  1. bravo bel article, sujet qui me concerne pas mais tu as raison sujet toujour taboo… tu en parles simplement avec détails.
    well done🙂 (je sors ?)

  2. Merci mille fois pour cet article et ses liens (il est toujours nécessaire de se rappeler de la vie de celles qui n’ont pas vraiment accès au « confort moderne »). J’ai acheté une cup il y a des années mais je ne l’ai pas même essayée l’intention était là mais je n’ai jamais pris le temps de m’y mettre ! A la place j’utilise des carrés de coton bio recyclés des couches lavables de mes enfants (maximum d’économie) qui sont maintenant adolescents, je les plie adroitement, je les place, je les fait tremper dans un seau, je les lave. Quand le flux est important j’en mets deux : ça ne marcherait pas sous un pantalon, c’est un peu la croix et la bannière pour laver et sécher, et j’utilise des protections bio si je ne dors pas chez moi. Si je n’habitais pas à la campagne et ne travaillais pas à la maison je pense que je trouverais tout d’un coup le temps de me convertir à la cup j’imagine. Votre article va m’encourager à rechercher à nouveau le sujet : les culottes Thinx ont l’air tout à fait intéressantes, mais l’idée de « tissu anti-microbien » fait résonner la sonnette d’alarme chez moi, je vais y regarder de plus près. Comme j’ai une jeune adolescente à la maison qui ne va pas garnir ses culottes de tissus pliés comme sa mère je suis maintenant tout à fait motivée pour une nouvelle recherche, merci encore pour l’élan que vous me fournissez ici. Un grand sujet !

    1. C’est très gentil, merci ! C’est génial tout ce que l’on découvre comme alternatives en discutant. Les fabricants ont pas bien amélioré la souplesses des cups ce qui les rend vraiment plus faciles d’utilisation, aujourd’hui, d’après mon expérience😉

  3. j’utilise la mooncup depuis plus d’un an et c’est top! pas de fuites, si jamais ça aide de couper un peu la « tige » jusqu’à ce que ça soit confortable. le seul bémol c’est pour la vider dans des wc sans lavabos lors de déplacements.

  4. J’utilise un cup depuis 2 ans,après un premier essai infructueux. Et je trouve hyper pratique. Sauf quand on est souvent en déplacement, comme moi, car les toilettes sont rarement dotés de lavabo à l’intérieur des boxes…

    1. Etant beaucoup en déplacement aussi et pas de lavabo dans les boxes de travail, j’ai une petite bouteille d’eau sur moi pour rincer. Ca peut paraître contraignant au début, mais en fait c’est bien pratique et absolument personne ne vous demandera pourquoi vous allez aux toilettes avec une bouteille d’eau😛

  5. Salut! Je songe à acheter des culottes thinx. Mais ça m’embête que tu dises qu’on ne puisse les utiliser seules que le dernier jour. Ca enlève tout l’intérêt de la chose je trouve s’il faut rajouter une serviette ou une cup. Tu as essayé les hiphugger qui sont censés pouvoir remplacer 2 tampons?

  6. Je suis une adepte de la cup, mais ma fille va sur ses 10 ans et j’ai réalisé qu’il allait falloir aborder ce sujet de façon bien concrète un de ces quatre et qu’à son âge et adolescente il aurait été hors de question pour moi d’introduire quelque chose dans mon vagin (les tampons et moi, ça a longtemps été une vraie lutte) et qu’il faudrait donc envisager une autre solution.. Probablement des serviettes lavables.
    Mais pour en revenir à la cup, pour moi c’est une vraie libération, un de ses atouts non négligeables est le temps qu’on peut avoir sans avoir besoin de la vider, et donc la liberté de ne pas le faire dans des toilettes publiques si elles manquent d’hygiène. (Une chouette rando avec des serviettes jetables, c’était aussi fort sympathique.. quand il fallait se garder les petits sachets dans une poche…)

    1. @blandine merci pour ton retour d’expérience ! Pendant le festival Zero Waste j’ai eu l’occasion de parler cup et des serviettes lavables avec plusieurs femmes et on était d’accord, l’essayer c’est l’adopter dans les deux cas. Il existe pleins de modèles de serviettes lavables pratiques et mignons, peux-être à essayer par toi en amont ? Histoire de prévoir les précautions d’usage …

  7. Je me la question actuellement car j’ai souvent des problèmes de ‘debordement’ ce qui est problématique pour mon travail où je suis en permanence debout et sous les projecteurs. Aussi la nuit où même avec 2 serviettes ça peut déborder. C’est surtout un problème de longueur car même les serviettes nuit ne sont pas assez longues (j’ai de bonnes fesses et ça déborde souvent par l’arrière, et si je les met plus en arrière ça déborde par devant…) . Serai ce une solution ? J’ai aussi pensé aux plim mais j’ai peur qu’elles bougent la nuit surtout.

  8. @flo personnellement je te recommanderais bien de combiner ces 3 solutions en fonctions des jours du cycle… Tu as peut-être déjà consulté ton médecin à propos de ces règles abondantes, l’ayurveda, le yoga des hormones développé par Dinah Rodrigues, la naturopathie peuvent également offrir des solutions efficaces et naturelles.

  9. Bonjour, merci pour ce super article! Dans ma recherche de toujours plus d’alternatives je cherche des infos sur les éponges menstruelles, dont un des avantages est de permettre la pénétration sans mettre trop de sang partout. Si quelqu’un.e a des retours à ce sujet, je suis preneuse!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s