parc martin luther king (c) Ea Marzarte - Small & Beautiful

Respirer Paris… et survivre. Lutter contre les allergies respiratoires lors d’un pic de pollution

« Respirer Paris, cela conserve l’âme » écrivait Victor Hugo.

Moi perso, ça me file des allergies. Mes chers poumons, aussi affutés qu’un radar Airparif, me l’ont douloureusement fait savoir hier matin: la capitale entre de nouveau dans un épisode de pollution. Les particules fines, issues de la combustion de masse (incinérateurs, gaz d’échappement, chauffage) accentuent l’irritation des muqueuses, abaissent les seuils de réactivité de l’organisme, elles se posent sur les pollens, les font se greffer plus profondément encore dans les bronches.

IMG_4706J’ai longtemps eu des petites allergies printannières, et je ne pensais jamais à en parler à mon médecin.  À partir de la canicule de 2003, mes allergies ont cessé de se manifester par une simple rhinite… Mal de dos. Maux de tête. Puis rhume. Puis maux de ventre. Irritation des yeux. Et c’est seulement du fond de mon lit, agonisante, pendant que mon patron harcelait mon coloc au téléphone afin de me convaincre de retourner bosser (je travaillais en Angleterre et je n’avais pas de médecin traitant), que je remarquais que j’avais eu du mal à respirer tout ce temps.

printemps à Paris (c) Ea Marzarte - Small & BeautifulAprès ça, passer le printemps suivant dans l’une des villes les plus polluées au monde ne fut pas une idée brillante. Après une semaine à Mexico, j’ai passé un week-end dans une cahutte sur une plage de Puerto Escondido à ne plus pouvoir supporter… le sable.  À mon retour j’ai enfin pu consulter mon médecin à ce sujet, mais trop tard : le mal était fait. Mes symptômes non-traités s’étaient aggravés : comme environ 30 % des rhinites allergiques, mon cas a évolué en asthme, et j’ai développé une hypersensibilité alimentaire.

laboratoire (c) Ea Marzarte - Small & Beautiful

Une ribambelle de réactions a suivi :  allergies à des fruits que j’avais mangé toute ma vie,  infection accompagnée de ganglions et finalement un oedème de Quincke. Après cet épisode assez spectaculaire, j’ai longtemps pris mon traitement médicamenteux du printemps jusqu’à l’hiver.  Les corticoïdes ont cesser de me faire de l’effet. Les pics de pollution se sont mis à survenir en hiver. La saison des allergies s’est transformée en année entière. N’ayant pas un terrain favorable  à la désensibilisation, j’ai commencé à chercher des solutions simples pour apaiser les symptômes naturellement entre et pendant les pics de pollution. Ma première démarche à été d’apprendre à reconnaître les réactions allergiques  et de diminuer les substances irritantes pour mon système immunitaire:

les produits laitiers

Le lait stimule la production de mucus dans les voies repiratoires. Les médecines traditionnelles depuis Maïmonide jusqu’au docteur Spock déconseillent le lait en cas d’allergie respiratoire. Après, vous trouverez sûrement des études financées par le lobby laitier qui diront le contraire. En période de crise je fais vache maigre. Et comment fait exprès,  impossible de remplacer par des laits végétaux à base de graines et fruits à coque, puisque dans la liste de ce que j’évite il y a …

les aliments allergisants

 L’allergie au pollen s’accompagne souvent de réactions en mangeant certains fruits et légumes:  c’est l’allergie croisée. J’évite donc  les  aliments auxquels j’ai déjà fait des réactions pour ne pas affaiblir mon système immunitaire. Si je tiens vraiment à réintroduire un aliment je repartirai chez l’allergologue pour voir si je peux finalement être désensibilisée.

les additifs

Ces substances  sont ajoutées aux aliments pour améliorer leur conservation, réduire les phénomènes d’oxydation, colorer les denrées, renforcer leur goût, etc. Reconnaissables sur les étiquettes par la dénomination: E suivit de 3 ou 4 chiffres, certains additifs peuvent  provoquer des réactions allergiques chez des personnes asthmatiques ou souffrant d’urticaire pour voir une liste détaillée. Je n’ai pas trouvé de meilleure moyen que de renoncer aux plats préparés,  cosmétiques et produits ménagers  industriels.

les huiles essentielles

Quand on renonce aux produits industriels pour passer au naturel, de nombreuses alternatives (recettes de déodorants, liquide vaisselle, cosmétiques) présentent des huiles essentielles.  Or vous vous rappelez de mon oedème de Quincke ? C’était une réaction allergique à une huile essentielle présente dans une lotion capillaire d’une prestigieuse marque bio.  Et oui certaines personnes,  développent des allergies aux huiles essentielles (eczéma, oedèmes cutanés, ….) et se voient donc contraintes de ne plus envisager de profiter des nombreux bienfaits des huiles essentielles suite à leur hypersensibilité. Alors certes, je pourrais tester d’autres huiles essentielles… Mon dermato m’a prié d’éviter de jouer les cobayes avec moi-même, et j’ai choisi de l’écouter.

Alors ça peut paraitre long comme liste noire mais pendant des années j’ai souvent immobilisée par les allergies respiratoires (avec des patrons plus compréhensifs que celui que j’avais lors de ma première crise). Je n’ai pas eu à prendre de congé maladie depuis 4 ans, je respire.  J’ai aussi pris quelques habitudes qui aident :

se laver le soir (yeux et nez inclus)

Pour moi, c’est douche avant le coucher, histoire de me délester de toutes ces charmantes particules fines. Je lave régulièrement mon nez puis mes yeux.  Au début, des ampoules prescrites par l’ophtalmo et un spray nasal d’eau de mer  conseillé par le pneumo. Puis, j’ai lu L’art de la simplicité de Dominique Loreau, elle y décrit comment elle a appris à se laver les yeux à l’eau claire dans un onsen japonais. Je n’ai pas de onsen dans les parages alors je suis passée à l’eau du robinet. Pas plus désagréable que de mettre la tête sous l’eau à la piscine, le chlore en moins.

manger selon les principes de l’ayurvedaProvisions d'hiver (c) Ea Marzarte - Small & Beautiful

J’ai commencé à m’intéresser à l’ayurveda lorsque je travaillais en Inde. Il s’agit d’une médecine préventive, la plus ancienne au monde. Le but de la médecine ayurvédique est d’établir un bon équilibre, ce qui passe entre autres par la nutrition avec des aliments à favoriser et éviter en fonction de sa constitution. Curieusement tous les aliments auxquels j’ai déjà fait des réactions sont sur ma liste « à éviter ». Tous les aliments que je n’aime pas spécialement – parce qu’amers, astringents, piquants – sont sur ma liste « à favoriser » .

passer chez l’herboriste

Les plantes offrent des compléments au traitement allopathique du médecin. Ce sont aussi des lieux de savoir fascinants et les emballages y sont réutilisables et recyclables. Voilà, prenez bien soin de vous.

 

 

4 réflexions sur “ Respirer Paris… et survivre. Lutter contre les allergies respiratoires lors d’un pic de pollution ”

  1. Je suis allergique au pollen, depuis que je me rince le nez avec de l’eau salée et un petit pot neti, ça va beaucoup mieux… tu devrais trouvé ça en France… bonne chance en tout cas pour ce nouveau pic de pollution !

    1. Merci @Green Norden . Oh que oui, j’avais repéré un pot Neti en céramique artisanale il y a quelques années et je n’avais pu le prendre pour des raisons pratiques. Depuis je recherche le même … Je vais bien finir par le dénicher😉

  2. je ne m’attendais pas à lire un tel article …
    Bien que tous nés à Paris et y habitant pendant 40ans (4 et 7 ans pour nos enfants), nous n’avons jamais senti les effets de la pollution sur notre organisme tel que tu les subis. Après avoir lu ton article, je pense que nous serons plus attentif aux réactions que nous faisons toutefois depuis peu … L’air « plus frais » de notre campagne (50km au sud de Paris) va peut être nous aider aussi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s