rue sainte marthe

Comment Poubelle a inventé le tri sélectif (en 1883)

IMG_0841 Paris est loin d’être la capitale la plus propre du monde. Pourtant il s’en est fallu de peu: l’arrêté sur le tri sélectif est aussi ancien que la poubelle. Paris streets

Le 24 novembre 1883, Eugène Poubelle, préfet de la Seine, prenait l’arrêté qui oblige les propriétaires parisiens à fournir à chacun de leurs locataires un récipient muni d’un couvercle, qui porterait bientôt son nom. Le préfet avait prévu la collecte comme sélective avec trois boîtes obligatoires : une pour les matières putrescibles, une pour les papiers et les chiffons et une dernière pour le verre, la faïence et les coquilles d’huîtres. Poubelle fut donc l’inventeur du tri sélectif en France, pourtant il fallu attendre près d’un siècle avant la mise en application de ce règlement . Pourquoi?

Ce projet de tri à la source chiffonnait une corporation marginale, celle des chiffonniers…

Chiffonniers, vers 1900. Photographie de Paul Geniaux (né en 1873). Paris, musée Carnavalet.
Chiffonniers, vers 1900. Photographie de Paul Geniaux (né en 1873). Paris, musée Carnavalet.

Jusqu’au XXème siècle, le recyclage constituait une composante majeure de l’économie. Les chiffonniers étaient l’une des corporations de récupérateurs, ils sillonnaient les rues et battaient la campagne pour collecter les matières usagées et les revendre.
Les chiffonniers devaient leur nom aux chiffons qu’ils récupéraient pour les revendre à l’industrie de la papeterie. Le chiffon de coton était alors la matière première de tous les papiers. Avec l’essor de la presse, ce marché connaissait une véritable flambée des prix. Ils collectaient également les peaux de lapin qui servaient à faire de la colle. Les soies de porc et les crins, des brosses. Les métaux étaient refondus pour faire des alliages. Le liège, le cuir, les cheveux et même le pain étaient collectés soit pour être réutilisés soit pour être transformés.
chiffonnier - Eugène atget c BNFDes vieux os, on faisait des boutons, des peignes et des manches de couteau, on en extrayait le « charbon animal » utilisé pour le raffinage du sucre, il entrait dans la composition de la gélatine, dans les engrais; dans la fabrication des allumettes. Avant même la collecte, ces os avaient servi à faire du bouillon.
Bouillon où la ménagère accommodait les restes de la semaine.
Si l’assiette cassait, elle passait être les mains du recolleur de faïence.
Les vêtements eux-mêmes ne devenaient chiffon qu’après de nombreuses années et non sans avoir été maintes fois rapiécés.
Dans toutes les classes, la couture, le tricot, le bricolage, la serrurerie rassemblaient les générations.
La matière évoluait, comme dans la nature, selon un cycle imparfait mais vertueux. Les objets existaient dans un écosystème où la corporation des chiffonniers était soucieuse de préserver son autorité.

Leurs préoccupations furent récupérées au Conseil municipal par l’opposition au Préfet Poubelle. L’année suivante en 1884, un arrêté invitait le Préfet de la Seine à modifier l’arrêté pour permettre aux chiffonniers de faire le tri dans les bennes. Une seule boîte à déchets serait mise à disposition des particuliers. Les chiffonniers se chargeraient eux-mêmes d’y faire le tri. Et dans un premier temps cela fonctionna à merveille…

Enlèvement de détritus aux Halles
Enlèvement de détritus aux Halles

Les chiffonniers s’étaient réorganisés. Le placier profitait des meilleurs matières lorsqu’il sortait les récipients des particuliers sur la chaussée, le coureur passait juste après et récupèrait à son tour de la matière, le chiffonnier du tombereau effectuait un nouveau tri quand la matière est chargée sur le véhicule et, enfin, un nouveau type de chiffonnier – les chiffonniers de la broyeuse – travaillait en usine. Ce qui restait dans  le tombereau la « gadoue » était broyé, devenant un fumier destiné aux cultivateurs. En somme, selon l’historienne Sabine Barles  « les ordures parisiennes n’auront jamais été aussi bien triées qu’au début du XXe siècle »

Progressivement, l’industrie remplaça les os par les premiers plastiques, les chiffons par le bois dans la papeterie. L’activité de chiffonnier devint encore plus précaire. La collecte des matières qui faisait vivre et même s’enrichir certains chiffonniers jusqu’au milieu de XIXe siècle n’était plus du tout rentable à la veille du XXe siècle. Seuls les objets rares pouvaient offrir aux biffins un petit revenu. Les ordures de plus en plus enfermées devenant inaccessibles à la fouille et la corporation des chiffonniers disparut peu à peu.

IMG_0703Aujourd’hui avec 31 kg d’emballages ménagers triés par habitant en moyenne en 2013, contre 46 kg à l’échelle nationale, l’Ile-de-France est la région qui trie le moins en France selon une étude Ipsos parue en 2014. Et en Europe, les seules régions qui trient moins que la région parisienne sont celles de Lisbonne et d’Athènes (source Regions 4 Recycling), villes où la surconsommation n’est pas exactement un souci majeur.

Sans voulour faire de Jean-Pierre Pernisme, la gestion durable des déchets c’était mieux avant, du moins ce le fut durant  une brève période : l’âge d’or des chiffonniers. On entend souvent qu’il faut innover pour mettre en place une économie circulaire et si on utilisait des recettes éprouvées ?

4 réflexions sur “ Comment Poubelle a inventé le tri sélectif (en 1883) ”

  1. Quelle histoire ! Merci de nous l’avoir fait découvrir.
    Par ailleurs on entend toujours à Paris qu’il n’y a pas de place dans les immeubles pour mettre plusieurs bacs … ce n’est pas gagné

  2. Merci pour cette info historique ! C’est intéressant de voir comme on doit réapprendre sur plein de sujets, où l’on savait faire mieux avant (avant la fameuse « société de consommation ») : recyclage, alimentation, entretien… Oui nos ancêtres n’avaient sans doute pas de grande préoccupation environnementale, mais en fin de compte leur impact était souvent bien plus faible que maintenant.

    1. @Cécilia – Padlezzar : Les aïeux abhorraient le gaspillage, aujourd’hui c’est la pierre angulaire de notre système. Les impôts financent les primes à la casse et la gestion de déchets est une industrie florissante qui entend le rester.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s