lac de saint vital (crédit éa marzarte)

Religieusement athée

Pendant longtemps j’ai été résolument agnostique. Le doute comme religion. Ne pas décider si l’expérience humaine permet de découvrir une puissance qui préside aux destinées du monde ; ou si nous sommes juste les maillons d’une étoffe tangible faite de visible et d’invisible. Etre agnostique c’est un peu accepter que le monde est grand, qu’on sait si peu de chose, qu’on est si peu de chose.

Puis j’ai  écouté Richard Dawkins et l’athéisme 2.0 d’Alain de Botton, j’ai repensé au De natura Rerum de Lucrèce lu au collège et j’ai réalisé que l’athéisme était une idée qui valait la peine d’être défendue.

Je crois sincèrement que les récits auxquels se réfèrent les peuples du livre sont des enseignements et des paraboles, pas des vérités historiques. Je crois intimement que les grands monothéismes sont les premières manifestations de la mondialisation, qu’ils ont assimilé des civilisations sur les cinq continents et les ont ainsi annihilé, et continuent de le faire impunément. Que mon père ait été recruté a 8 ans dans une colonie portugaise en Afrique pour être envoyé à plus de 5000 km de chez lui, dans un petit séminaire en Italie, est certainement lié à cette croyance.

Dans leur vaste majorité, les athées  (un être humain sur 5,quand même) ne raillent pas la spiritualité, ils l’ignorent. Mais la spiritualité est tout autour de nous: dans un ciel étoilé, dans les lumières de la ville, en parler et sentir que l’on fait parti d’un groupe où il est bienvenu d’en parler serait un progrès.  Etre athée ce n’est pas croire en rien, c’est croire en une morale qui vient de la nature, de l’humain, c’est avoir une philosophie de vie qui n’est pas liée à une figure paternaliste et surnaturelle. Dans l’Histoire de l’athéisme, Georges Minois explique que ce qu’on a coutume d’appeler les religions d’Extrême-Orient : bouddhisme, confucianisme, taoïsme sont souvent et simplement des sagesses et des rationalismes. En Occident, l’athéisme est indépendant des religions. Cela veut dire qu’être athée ici c’est être seul face à sa spiritualité, à ses questionnements.

Ce qu’il y a de profondément bon dans la religion c’est le sentiment d’appartenance, d’identité, de communauté. Un des pires maux de notre société est bien la solitude. Nous ne sommes pas juste isolés les uns des autres, nous sommes éloignés de la terre cachée sous le bitume, des arbres qui font juste parti du décor, des fleuves dans lesquels on ne saurait nager tellement ils sont pollués.

Quand je regarde cette photo que j’ai prise à deux pas de chez une amie ce week-end dans un village de Savoie, je repense à ces mots de Lucrèce :

La flamme avec le souffle et le sol avec l’onde;

Ou des quatre Éléments ils font naître le monde.

Lucrèce, De natura rerum Livre I

Dans De natura rerum Lucrèce le romain explique la pensée d’Epicure le grec. On ne retient d’Epicure que le goût de la bonne chère. C’est dommage, car sa pensée est pertinente dans tellement de domaines de notre vie au quotidien : « Il n’existe pas d’autre réalité que la matière », c’est là le fondement de l’épicurisme, ma religion. Quand je regarde cet homme seul face à l’immensité je me dis qu’on n’est jamais seul quand on se rappelle qu’on fait parti de la faune, de la nature. Que l’on est sur terre avec une mission en prendre soin, parce qu’il n’y a rien d’autre. Et c’est déjà tellement.

Ce serait quand même sympa de disposer d’un lieu, d’une communauté, où en parler. Voici ce que propose Alain de Botton:

Une réflexion sur “ Religieusement athée ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s