Cultures en transitions (c) Milpa Films

Agriculture urbaine : organopónicos, le modèle cubain

Le naturaliste David Rosane disait lors d’un débat organisé par Arte lors du FIFE 2013: « A l’avenir nous n’aurons pas d’autre choix que de cultiver en ville ». Pour cela, prenons de la graine des cubains qui ont créé un modèle d’agriculture biologique intensive et urbaine.

Cultures en transitions (c) Milpa Films
Un organopónico habanero dans Cultures en transitions (c) Milpa Films

A la tombée du bloc communiste, Cuba s’est retrouvé dans une insécurité alimentaire alarmante. En 1990, elle avait perdu son principal partenaire commercial, et continuait d’être sujette à un blocus de la part de son plus grand voisin. Face à un déclin de 85% des importations, notamment en pétrole, fertilisants, herbicides et en nourriture, les cubains des villes entreprirent de cultiver leurs espaces verts. Et aussi les espaces non-verts. Là où la terre n’était pas assez bonne pour soutenir une agriculture bio on bâtit des parcelles surélevées contenant des plates-bandes plantées sur un mélange de terre et de matières organiques, comme le compost. Les organopónicos sont bio par nécessité et pas par idéologie. Aujourd’hui 35 000 hectares de terrains sont cultivés rien que dans La Havane. Ce sont en majorité des coopératives, elles emploient 350 000 agriculteurs urbains dans les villes du pays. Le film de Nils Aguilar « Cultures en transition » est une mine d’infos sur les organopónicos et les méthodes agricoles innovantes comme l’agroforesterie et la permaculture : http://vimeo.com/12691088

Un potager parisien (c) éa marzarte
Un potager parisien (c) éa marzarte

Si vous souhaitez vous initiez au jardinage voici un bel exemple de jardin associatif à Paris, le Jardin des soupirs où l’on peut aller se salir les mains, prendre l’air et cultiver ce que l’on a semé. La mairie de Paris tient une liste des jardins partagés Le collectif Projet Vergers Urbains étudie la possibilité de redonner leur place aux arbres fruitiers à Paris : pommiers, poiriers, noisetiers, noyers, etc. pour les rendre accessibles à tous, au cœur de la ville.   Et David Rosane nous fait voir le côté vert de la Grosse Pomme dans « Naturopolis » qui sera prochainement diffusé sur Arte:

Une réflexion sur “ Agriculture urbaine : organopónicos, le modèle cubain ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s